« Qui contrôle le passé, contrôle le futur; qui contrôle le présent, contrôle le passé » George Orwell, 1984

mercredi 22 juin 2016

En 2002 - Des informations des Renseignements Militaires Iraquiennes ont signalé que les wahhabites et les saoudiens sont crypto-Juifs



Le Département américain de la Défense a publié les traductions d'un certain nombre de documents du renseignements irakiens datant du règne de Saddam. Un des rapport de la Direction Générale du Renseignement Militaire de Septembre 2002, intitulée "L'émergence du Wahhabisme et ses Racines Historiques" (The Emergence of Wahhabism and its Historical Roots), indique que le gouvernement irakien était au courant des fins néfastes des Wahhabites d'Arabie Saoudite, souvent connus sous le nom de Salafistes (Pseudo-Salafis*), pour servir les intérêts occidentaux dans le but de  porter atteinte à l'islam.
PDF: le doc en question
Le rapport repose largement sur ​​les mémoires de M. Hempher, qui décrit en détail comment un espion britannique au Moyen-Orient, au milieu du XVIIIe siècle, pris contact avec Abdul Wahhab, pour créer une version subversive de l'Islam, le Wahhabisme, la secte mal famée, qui est devenue le culte fondateur du régime saoudien. Le mouvement a été temporairement supprimé par les armées Ottoman au milieu du XIXe siècle. Mais avec l'aide des Britanniques et leurs sponsors saoudiens, les Wahhabites reviennent au pouvoir et ont fondé leur propre État en 1932. Dès lors, les Saoudiens ont collaboré étroitement avec les Américains, à qui, ils doivent leur richesse pétrolière considérable, dans le financement de diverses organisations fondamentalistes islamiques et dans d'autres opérations secrètes américaines, en particulier le "djihad" en Afghanistan. Mais les Saoudiens utilisent simultanément l'immense richesse à leur disposition pour diffuser cette marque perturbatrice de l'Islam dans diverses parties du monde, classée parmi les plus grandes campagnes de propagande dans l'histoire.

Beaucoup de ceux qui défendent le Wahhabisme comme un mouvement de réforme légitime de l'islam ont tenté de rejeter les mémoires comme étant une fabrication fallacieuse. Parmi eux, Bernard Haykel, professeur d'études du proche-orient à l'Université de Princeton, qui, sans fournir aucune preuve, suppose que les Mémoires ont été créés par Ayyub Sabri Pasha.

Cependant, alors que les Mémoires ne sont apparus que dans les années 1970, Pasha a écrit sa version de l'histoire déjà en 1888. Ayyub Sabri Pasha était un écrivain ottoman bien connu et un amiral de la marine turque, qui a servi l'armée ottomane dans la Péninsule Arabe, ayant écrit plusieurs ouvrages sur la région et son histoire. Y compris le Commencement et la Propagation du Wahhabisme (The Beginning and Spreading of Wahhabism), où il raconte l'association d'Abdul Wahhab et le complot avec Hempher.

En plus des révélations dans les Mémoires d'Hempher, le rapport du renseignement irakien a également fait connaître certaines déclarations surprenantes, dérivées des œuvres diffusées en arabe qui n'ont pas été traduites en anglais. En effet le rapport raconte, que tant Abdul Wahhab, et son parrain, Ibn Saoud, qui fonda la dynastie saoudienne, étaient d'origine juive.

Par exemple, D. Mustafa Turan a écrit, dans "Les Juifs Donmeh", que Muhammad Ibn Abdul Wahhab était un descendant d'une famille Juive Donmeh de Turquie. Les Donmeh étaient les descendants des disciples de l'ignoble faux messie du judaïsme, Sabbataï Zevi (Shabbetai Zevi), qui a choqué le monde juif en 1666 en se convertissant à l'Islam. Après l'avoir étudié comme un mystère sacré, les disciples de Zevi imitaient sa conversion à l'Islam, mais en gardant secrètement leurs doctrines kabbalistiques. En Europe, les Sabbatéens (Shabbeteans) ont été finalement conduit un siècle plus tard par Jacob Frank, qui prétendait être la réincarnation de Zevi. Et, selon Rabbi Antelman dans liminer les Opiacés" (To Eliminate the Opiate), les Rothschilds sont leur descendants, ceux qui avaient une main dans la fondation de l'Illuminati de Bavière. La communauté Donmeh de Turquie était concentrée dans la ville de Salonique, qui est devenue un foyer d'activité maçonnique, et dont le mouvement Jeunes-Turcs s'est lan, ce qui a contribué à l'effondrement de l'Empire ottoman des Turques Musulmans. Il est prouvé qu'Ataturk, le fondateur de l'État turque moderne, était aussi d'origine Donmeh.

Turan soutient que le grand-père d'Abdul Wahhab, Sulayman était en fait Shulman, ayant appartenu à la communauté juive de Bursa en Turquie. De là, il se fixa à Damas, où il simulait sont appartenance à l'Islam, mais vraisemblablement il a été expulsé comme exerçant la sorcellerie. Ensuite, il a fui en Égypte, et il a encore fait face à une condamnation, aussi il effectuera sa voie à Hijaz (Hedjaz), où il se maria et engendra Abdul Wahhab. Selon le rapport de Rifat Salim Kabar, les mêmes revendications sont faites dans "Les Juifs Donmeh et l'Origine des Wahhabites Saoudiens" (The Donmeh Jews and the Origin of the Saudi Wahabis).

La notion de famille saoudienne descendant d'une famille juive a été publiée par Mohammad Sakher, dont, il a été rapporté, que le régime a ordonné de le tuer pour ses révélations. Le rapport concerne un compte rendu similaire, mais à partir de différentes sources. Selon Le Mouvement Wahhabi / The Truth and Roots, par Abdul Wahhab Ibrahim Al-Shammari (The Wahhabi Movement/The Truth and Roots, by Abdul Wahhab Ibrahim Al-Shammari), par exemple, Ibn Saoud est effectivement descendu de Mordechai bin Ibrahim bin Mushi, un marchand juif de Bassorah. Apparemment, quand il a été approché par des membres de la tribu arabe de Aniza, alors il a prétendu être l'un d'entre eux, et a voyagé avec eux vers le Najd et son nom est devenu Markhan bin Ibrahim bin Musa.

Qui plus est, Abdul Wahhab descendait de Wahhib Al-Tamimi, aussi, comme rapporté par al Saïd Nasir, dans l'Histoire de la famille Saoud (The History of the Saud Family), l'ambassadeur saoudien au Caire, que Abdullah bin Ibrahim al Mufaddal, a payé Muhammad Al-Tamimi trente cinq mille Jinee en l'an 1943, pour forger un arbre généalogique de la famille saoudienne et celle d'Abdul Wahhab, et pour les fusionner en un seul, pour affirmer qu'ils sont descendants du Prophète Mohammed.

Bien qu'il serait difficile d'authentifier indépendamment ces revendications, elles sont intéressantes à la lumière du rôle que l'État de l'Arabie saoudite a été et continue à jouer en ce qui concerne le soutien et la promotion de la puissance occidentale au Moyen-Orient et ailleurs.  

Ce qui est surtout étonnant, c'est la forme très douteuse et virulente de l'Islam, que le Wahhabisme et le Salafisme représente, laquelle a produit des ravages sur les traditions islamiques, et en divisant la communauté musulmane en petites querelles sur des détails insignifiants, permettant à la guerre sur l'Islam de s'exécuter efficacement sans contrôle.

 


Traduction la plus fidèle possible par Dailycensorship de l'article:



* Pseudo-Salafs: Les wahhabites se sont alignés avec une déviation encore plus pernicieuse de l'Islam, en se nommant les Salafis. Ces personnes se nomment en conséquence parce qu'ils prétendent suivre les premières générations de musulmans, connues sous le nom de Salaf, et donc, d'être les plus proches de la pureté de la foi originelle. Mais rien ne serait être plus éloigné de la vérité, c'est pourquoi ils sont souvent appelés les pseudo-Salafs.

Cinq derniers articles